Title image

Confirmations scientifiques

Recherches d´Isabelle Sabrié
fondatrices deharmonie rythmico-spatiale et ses créations

Earth Bioacoustic Regular Pulsation, documentaire en anglais, a été entièrement conçu et réalisé en 2012 par Isabelle Sabrié pour expliquer ses hypothèses, commencer à les démontrer et à les mesurer. Posté sur youtube en 2012, ces hypothèses ont reçu plusieurs confirmations scientifiques en 2017 e 2019, dans des articles de la New-York Academy of Sciences, Brain Sciences, Journal of the Royal Society.

Pulsations relatives 72-96 (relative pulsations): à 28´57
Mesure 96 de la pulsation de la parole humaine (human speech pulsation): à 29´29.
Réponse aux objections: Articles d´Isabelle Sabrié, contato@isabellesabrie.com

HYPOTHÈSES ET 3 CONFIRMATIONS

HYPOTHÈSE d´Isabelle Sabrié, 2012
Il existe une pulsation régulière (isochronie sous-jacente) commune dans la biophonie terrestre : Earth Bioacoustic Regular Pulsation
ACADÉMIE DES SCIENCES DE NEW-YORK, 2019 (p.89)
« Ce point en commun observé dans tant de différent enregistrements d´interactions communicatives suggère une intrigante hypothèse : les interactions communicatives humaines et non humaines de toute sorte peuvent manifester la même, unique sorte de structure hiérarchique temporelle qui dépend de la fonction communicative particulière, et moins de l’espèce ou du moyen de production du son. Un tel résultat, s’il est corroboré, indiquerait que la parole, la musique et les vocalisations animales suivent toutes un modèle commun de structure temporelle hiérarchique. » (p. 89)
Et : « Les vocalisations de beaucoup d´ espèces exhibent des structures temporelles, mais on sait très peu de chose sur la façon dont ces structures ont évolué, sont perçues et produites, sur leurs bases biologiques et de développement, et sur leurs fonctions communicatives. Nous passons en revue la littérature sur le rythme dans la parole et les vocalisations animales comme une première étape vers la compréhension des similitudes et des différences entre les espèces. »  (p 79)
Ravignani, A., Dalla Bella, S., Falk, S., Kello, C.T., Noriega, F., Kotz, S.A. 2019. Rhythm in speech and animal vocalizations: a cross-species perspective. Ann. N.Y. Acad. Sci. 1453 (2019) 79–98.

QUELQUES DÉFINITIONS, traductions et équivalences interdisciplinaires:
Rythme : (phys.) «Un rythme, cela veut dire qu´il y a une période qui est une durée». Marc Lachièze Rey, débat avec Étienne Klein, «Le temps est-il une illusion?» Physique, Utopiales 2017.
Rythme et pulsation : (musique) «La présence de rythme présuppose une pulsation ». Isabelle Sabrié (2012).
Période: (physique) Un phénomène périodique est un processus qui se répète identique à lui-même après un intervalle de temps appelé période.
Pulsation :  un beat; palpitation; vibration. (Collins dictionary).
Beat : (battement régulier) « en musique et théorie de la musique, le beat est l´unité basique de temps, la pulsation ( événement régulièrement répété). Berry, Wallace (1976/1986). Structural Functions in Music, p. 349.
Tempo: « En musique, le tempo est  la fréquence de la pulsation, ce battement régulier « qui sert d’étalon pour construire les différentes valeurs rythmiques ». Jacques Siron, La partition intérieure : jazz, musiques improvisées, Paris, Outre Mesure, 1992 , p. 143.
Conclusion de ces définitions (Isabelle Sabrié): la période d´un rhythme est une durée, une unité basique de temps, répétitive. Elle est l´unité de base temporelle qui structure la « pulsation » ou « beat » ou « tempo musical » ou « phénomène périodique » qui détermine les rythmes observés.
Isochronie :  « Propriété d’un système comportant des oscillations dont la période est de durée constante. » (CNRTL).
Sous-jacent : (ling.) « élément impliqué dans la structure profonde ou les structures intermédiaires et qui n’est pas manifesté sous cette forme dans la phrase réalisée  (CNRTL). «Caché, implicite », dictionnaire Le Robert.
Isochronie sous-jacente (Isabelle Sabrié): pulsation régulière (de période-durée constante), ou beat, ou tempo musical, qui n’est pas manifestée sous cette forme dans la phrase réalisée (implicite).
Hiérarchie:  « Classification, de gradation croissante ou décroissante selon une échelle de valeur, de grandeur ou d’importance. » (définition CNRTL).
Hiérarchie temporelle (Isabelle Sabrié): classification de gradation croissante ou décroissante selon une échelle de valeur temporelle, de grandeur temporelle, ou d´importance temporelle.
Constante temporelle: En physique, une constante de temps est une grandeur, homogène à un temps, caractérisant la rapidité de l’évolution d’une grandeur physique dans le temps. Richard Taillet, Loïc Villain et Pascal Febvre, Dictionnaire de physique, Bruxelles, De Boeck, 2013, p. 139.
Conclusion des définitions interdisciplinaires (Isabelle Sabrié) concernant musique, langues, ou vocalisations animales: au sein d´une pulsation commune aux rythmes analysés, la constante temporelle de la pulsation (constante temporelle, ou période, ou durée étalon rythmique du phénomène périodique), est la valeur de temps en secondes, mesurée entre chaque battement du beat-pulsation. Le beat se mesure en bpm (battement par minute). Cette période ou durée étalon rythmique ou constante temporelle de la pulsation, est une échelle de valeur temporelle, qui structure «hiérarchiquement» les rythmes de cette pulsation  ou tempo ou beat – ou phénomène périodique ou isochronie sous-jacente.

HYPOTHÈSE d´Isabelle Sabrié, 2012 
-Théorie des « pulsations relatives »: les pulsations (beats) mesurées à l´oreille avec un métronome, 72bpm et 96bpm sont multiples de 24 et de 12. Elles sont donc multiples d´entiers simples (2,3), et nommées « pulsations relatives » par Isabelle Sabrié (documentaire Earth Bioacoustic Regular Pulsation, à 28´57).
-Mesure:  96bpm, beat de la parole humaine (documentaire Earth Bioacoustic Regular Pulsation, à 29´29).
Dans l´article ci-dessous de Brain Sciences en 2019, il est intéressant de noter que les pulsations (beat) choisies pour tester la parole et le chant, 84, 96, 108 et 120 bpm sont toutes multiples de 12. Elles sont aussi des « pulsations relatives » de 96 bpm,  mesurée pour la parole humaine par Isabelle Sabrié en 2012.
REVUE BRAIN SCIENCES, 2019 (p.7)
« Dans les blocs de tapotement parlé/chanté, chaque participant s’est vu présenter 12 phrases, parlées naturellement, puis parlées régulièrement, puis des phrases chantées dans le beat original (120 bpm), et six phrases de chaque type [naturel, régulier, chanté] dans un beat plus lent (96 bpm)… … Dans la démonstration, une phrase différente a été utilisée pour chaque type, et chacune a été présentée à un beat différent (84 bpm ou 108 bpm) de ceux utilisés dans l’expérience. »
Lagrois M.-E., Palmer C., Peretz I. 2019.Poor Synchronization to Musical Beat Generalizes to Speech. Brain Sci. 2019;9:157. doi: 10.3390/brainsci9070157. p7

HYPOTHÈSE d´Isabelle Sabrié, 2012
il existe une pulsation (isochronie sous-jacente) de la parole humaine, commune à toutes les langues: Earth Bioacoustic Regular Pulsation, à 29´29
THE ROYAL SOCIETY PUBLISHING, 2017 (p.8)
« Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour étudier cette interprétation, mais nous pouvons conclure que les fonctions AF ont capturé la structure temporelle hiérarchique commune à la parole humaine, quels que soient les inventaires de phonèmes, de syllabes, de mots et de phrases prononcés, et quel que soit le contexte culturel. »
Kello, C.T., Dalla Bella, S., Médé, B. & Balasubramaniam, R. 2017. Hierarchical temporal structure in music, speech and animal vocalizations: jazz is like a conversation, humpbacks sing like hermit thrushes. J. R. Soc. Interface 14:20170231. p8